Les différentes associations professionnelles fiables

Comment trouver un ostéopathe

trouver-un-bon-osteopathe

Si vous assurer de trouver un ostéopathe compétent et parfaitement formé, choisissez un praticien appartenant aux organismes ROF, UFOF et SFDO ou disposant du label Eur Ost DO.

Le ROF

Les ostéopathes adhérant au Registre des Ostéopathes de France (ROF) garantissent une pratique de qualité, acquise à l’issue d’une formation stricte. Ils sont tous titulaires d’un Diplôme d’Ostéopathe (D.O) obtenu auprès d’un établissement agréé par le Ministère de la Santé. Les professionnelles appartenant à cette association ont obtenu leur titre après avoir suivi plus de 4 000 heures de formation. 2 225 heures ont été consacrées à l’apprentissage des concepts et des techniques ostéopathiques ainsi que leur mise en pratique.

L’UFOF et le SFDO

L’Union Fédérale des Ostéopathes de France (UFOF) est une organisation professionnelle vouée à la défense des intérêts des ostéopathes. N’importe quel praticien peut y adhérer et cela ne constitue en rien une garantie de sa compétence. Cependant, il est reconnu que les membres de ce syndicat sont tous de bons ostéopathes. Le SFDO est un autre syndicat d’ostéopathes compétents qui souhaitent mettre en valeur leur prestation et leur professionnalisme. Bon nombre d’adhérents du Syndicat Français Des Ostéopathes appartiennent également à UFOF.

Le label Eur Ost DO

Les ostéopathes bénéficiant du label européen Eur Ost DO garantissent un traitement de qualité. Les conditions d’obtention de ce titre sont multiples :

  • être un ostéopathe exclusif sans pratiquer d’autres disciplines comme la kinésithérapie

  • être agréé et enregistré auprès de l’ARS

  • appartenir à une association membre du GFIO (Groupement Français d’Intérêt professionnel des Ostéopathes), à savoir l’AFO, le CNO, le SNOF et le UFOF.

Qu’est-ce qu’un bon ostéopathe ?

Lorsqu’on recherche un ostéopathe, il faut reconnaître un bon praticien, mais comment ? À part son diplôme et son titre, son intervention en dit long sur sa compétence et son professionnalisme. Une consultation dure d’une demi-heure à une heure durant laquelle le patient est traité de manière personnalisée.

Une prise en charge attentive

Un bon ostéopathe procède à la première étape de la consultation en vous interrogeant sur votre motif de consultation : torticolis, maux de dos, douleurs aux jambes, jambes lourdes, ballonnements, constipation, hémorroïdes, asthme, sinusites, anxiété, troubles du sommeil, etc. Il commence par poser une batterie de questions pour trouver la source de votre douleur et le meilleur traitement. Votre métier, vos habitudes, vos activités et vos antécédents médicaux l’aideront à cerner votre problème. S’il diagnostique une pathologie qui n’est pas de son ressort, il vous orientera vers le praticien adapté. Apporter votre dossier médical, radio, scanner ou I.R.M si vous en avez !

Une analyse minutieuse

Après les questions et l’analyse de votre état, il passera à l’analyse de votre corps en vous palpant avec des gestes doux et lents, en vous examinant et en vous faisant passer différents tests. En fonction de la zone du corps à tester, il vous demander de vous coucher sur le dos ou sur le côté sur la table de consultation, ou de rester debout en vous tenant sur une jambe, etc. Vous devrez vous déshabiller et vous mettre en sous-vêtement à partir de là. Il pourra mieux observer le comportement du corps, des articulations et des tissus. Lors de la première séance d’ostéopathie, l’interrogation et l’analyse durent beaucoup de temps, peut-être plus que le traitement.

Un traitement non douloureux

Comme le principal but d’une consultation d’ostéopathie est de soulager de la douleur, il est normal que le praticien évite que vous souffriez durant le traitement. Même le petit craquement lors de la libération des articulations n’est pas douloureux, mais s’il peut parfois paraître intimidant. La dextérité de l’ostéopathe lui permet de s’adapter à tous les types de patients : sportif, enfant, personne âgée, etc. Il pourra changer de techniques si le patient n’est pas à l’aise avec une technique ou une manipulation en particulier.